Le blog

30
mai
2011
Affiche Monumenta 2011 : Anisk kapoor

Le « Monumental » Léviathan d’Anish Kapoor…

Par Fabienne

Comment échapper au Léviathan d’Anish kapoor… Je crois bien que l’idée même est une hérésie : cette Monumenta investit tous les médias ! Gigantesque, impressionnante, les superlatifs sont de rigueur !

Si je vous parlais dernièrement des réalisations virtuelles d’Anish Kapoor, il est désormais grand temps de vous présenter sa plus impressionnante et notoire actualité parisienne…

La Monumenta est devenu le rendez-vous annuel à ne surtout pas rater… La nef du Grand Palais se transforme alors en un temple pour l’œuvre d’un seul artiste. Le challenge est de taille : investir  le lieu dans son ensemble, jouer avec la lumière qui le baigne pour enfin instaurer un dialogue sensible et vivant entre l’œuvre et cette architecture de caractère. Un challenge réussi haut la main par le fabuleux Léviathan d’Anish Kapoor !

Intérieur du Léviathan d'Anish Kapoor au Grand Palais. Monumenta 2011

Pour cette 4ème édition le Grand Palais s’est vu empli d’une structure gonflable qui ne peut en aucun cas laisser indifférent : ses courbes volumineuses installées depuis début mai ont été largement diffusées et les articles a son propos sont légion. Les photos qu’il est possible de découvrir un peu partout sont néanmoins loin d’offrir une « vision globale » de l’œuvre tant ses formes s’accordent parfaitement à l’espace. Impossible donc de vous contenter d’une tournée des sites ou des magazines traitant de cette Monumenta, la vivre est une expérience à part entière. Pour ceux qui ne pourraient pas faire le déplacement je vous invite à tester la version panoramique du photographe Gilles Vidal, qui permet d’appréhender -en partie donc- la « monumentalité » du Léviathan. Ses dimensions sont à la hauteur de l’espace qui l’accueille : 34 mètres de haut pour 100 mètres de large… Dignes de cette occupation en solo du Grand Palais !

Plan du Léviathan d'Anish Kapoor au Grand Palais

Dévorés par le monstre carnassier…

L’artiste britannique aux origines indiennes a voulu produire ici une oeuvre qui exalte les sens et immerge pleinement ses visiteurs :

Je veux que le spectateur soit sous le choc esthétiquement mais aussi physiquement.

Et en effet, Le Léviathan est une œuvre à voir et à vivre, une expérience d’immersion totale, bien sûr il est fort peu probable d’arriver à la découvrir en toute intimité, tant les visiteurs se pressent et sont nombreux à vouloir venir expérimenter la chose… Les impressions au sortir de la gueule restent bien sûr très contrastées…

Intérieur du Léviathan d'Anish Kapoor au Grand Palais

Le Léviathan est une structure pressurisée, déconseillée aux femmes enceintes et aux personnes rencontrant des difficultés respiratoires, l’expérience est vraiment physique, la respiration est difficile, la chaleur écrasante et humide… La couleur même des bâches qui composent la structure donne à l’ensemble un aspect organique qui vient complètement nous conforter dans cette impression d’avoir été happé dans la gueule d’un monstre démesuré et goulu, la référence à la créature biblique qu’est le Léviathan n’en est que plus évidente ! Ses entrailles étouffantes et chaleureuses à la fois, réveillent des sensations diverses : celles d’un retour rassurant et apaisant à la vie intra-utérine pour certains ou effrayant, oppressant pour d’autres qui vont eux se voir ingérés et prisonniers des entrailles de la créature. Reste un sentiment qui sera commun à tous, que l’on soit à l’intérieur ou à l’extérieur de cette membrane : celui d’être ridiculement petit, insignifiant face à l’immensité de l’installation.

Extérieur du Léviathan d'Anish Kapoor au Grand Palais.

Dédié à l’artiste chinois -opposant affiché au régime en place- Ai Weiwei aujourd’hui victime d’un emprisonnement arbitraire, le monstre rose d’Anish Kapoor s’impose et sollicite les sens de ses spectateurs, une invitation que je vous incite vivement à accepter : l’expérience physique tout autant qu’esthétique est à renouveler/compléter également « hors les murs » avec actualités parisiennes de l’artiste, exposé par ailleurs à la Chapelle des Petits-Augustins de l’École nationale supérieure des beaux-arts jusqu’au 11 juin prochain et à la galerie Kamel Mennour jusqu’au 23 juillet. La Monumenta s’est dotée d’une page Facebook qui relaye régulièrement les évènements autour de l’œuvre, à consulter donc pour tout savoir…

Enfin un documentaire en DVD, sera très prochainement -à partir du 15 juin- proposé par Arte vidéo, le sculpteur y est suivi par un critique d’art familier des documentaires artistiques, Heinz Peter Schwerfel : Le Monde selon Anish Kapoor.

Monumenta 2011 : Léviathan d’Anish Kapoor au Grand Palais à Paris,
du 11 mai au 23 juin 2011

Articles liés

Vos Commentaires (3) :

  1. Ping : JR installe son "Inside Out Project" au Centre Georges Pompidou. | Art'ilt

  2. Ping : La FIAC : le marché de l'art en ébullition | Art'ilt

  3. Ping : Marianne Massin : Art contemporain et expérience esthétique | wsrl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>